Le tour du monde sur un tandem Pino

18) Allemagne

Allemagne : 23/06/2013 – 08/07/2013, 1047km

Pour les photos, suivez le lien : PHOTOS

allemagne

23/06/2013 : Jarplund – Sorgwohld, 69km (par Grégoire)

C’est encore sous la pluie que nous plions notre tente ce matin et courons nous réfugier dans la cuisine du camping. La journée se passe avec une très étrange alternance de pluie et de soleil toutes les demi-heures environ. Le cycle « je me fais mouiller » / « je sèche » s’enchaîne toute la journée.

Nous commençons, comme à notre habitude, à suivre l’itinéraire cyclable Eurovélo, mais il y a une telle quantité d’itinéraires cyclables qui se chevauchent ici avec un fléchage si incompréhensible pour nous que nous nous perdons plusieurs fois et que nous devons appeler notre GPS à la rescousse. En plus, l’itinéraire nous fait passer par des passages vraiment typés VTT que nous avons du mal à passer avec notre char d’assaut, d’autant plus que le sol est détrempé. Alors tant pis, nous quittons l’Eurovélo et nous nous laissons guider par notre fidèle GPS qui nous emmène finalement sur des super petites routes ou sur les pistes cyclables qui longent la plupart des grands axes. Nous utilisons les cartes de www.velomap.org qui sont vraiment super.

SONY DSC

24/06/2013 : Sorgwhold – Jammertal, 74km (par Grégoire)

Le temps est en nette amélioration avec seulement deux averses dans la journée et une dominante de soleil. Nous commençons à penser que le beau temps est pour très bientôt…

Nous traversons en bateau le canal qui relie la Mer Baltique à la Mer du Nord (gratuit) et évite ainsi de faire tout le tour par le nord du Danemark. C’est vraiment étrange de voir passer ici d’énormes navires au milieu des prairies ! Nous prenons vraiment plaisir à rouler en Allemagne où, comme au Danemark, les routes sont toujours parfaites pour les cyclistes.

SONY DSC

25/06/2013 : Jammertal – Armstorf, 52km (par Grégoire)

Raté ! La période de beau temps tant attendue sera pour plus tard. Nous commençons notre journée sous un crachin et la continuons sous un pluie intermittente. C’est officiel, mon poncho Vaude n’est plus étanche, l’eau s’infiltre à travers toute sa surface et je suis rapidement mouillé dès que la pluie se fait un peu trop forte. Nous finissons par en trouver un nouveau dans un supermarché qui, je l’espère, sera plus efficace. Par contre, impossible de mettre la main sur un drapeau allemand, c’est une denrée bien rare ici. Ce n’est par contre pas le cas des drapeaux hollandais que l’on voit flotter devant beaucoup de maisons.

Nous montons encore sur un bateau aujourd’hui, pour traverser le grand estuaire de l’Elbe (5,50€ la traversée pour nous deux). Puis nous traversons une rivière sur un pont mécanique très particulier (3€). C’est en fait une plate-forme suspendue à une grande structure qui coulisse sur des rails pour traverser.

C’est fou le nombre de cyclotouristes que nous rencontrons aujourd’hui. Nous n’en avons jamais vu autant dans notre voyage.

SONY DSC

26/06/2013 : Armstorf – Bremervörde, 21km (par Régine)

La journée ne sera pas très productive en terme de kilomètres parcourus. Effectivement nous nous arrêtons au premier McDonald’s, à 20km de notre campement pour aller sur internet, mettre à jour le blog et autres. Comme ce n’est pas gratuit, nous avons dû acheter un crédit de 5€ pour 24h, nous y restons toute la journée et y prenons donc notre déjeuner malgré notre réticence.

SONY DSC

27/06/2013 : Bremervörde – Kirchseelte, 81km (par Grégoire)

Les chevreuils sont vraiment très nombreux et nous voyons beaucoup de mères avec leur petit. Qu’ils profitent bien de leurs moments de bonheur car les nombreuses plate-formes de chasses disséminées dans la campagne annoncent le calvaire qui les attend au moment de l’ouverture de la chasse…

Notre réchaud n’a plus d’essence. C’est la première fois que nous prenons de l’essence en Allemagne et comme à notre habitude, nous allons dans une station service où je m’apprête à remplir notre petite bouteille quand le gars déboule de sa cabine en me lançant des noms d’oiseaux que je ne comprends pas. Bref, je crois comprendre que c’est interdit de faire ça ici. A Bremen, nous trouvons un magasin de sport qui ne vend que des cartouches de gaz Camping Gaz non compatibles avec notre réchaud et pas d’essence. Nous finissons par trouver un petit magasin où nous achetons enfin notre drapeau allemand. Le vendeur nous indique alors un magasin de bateau qui vendrait du pétrole pour lampes. Je trouve tant bien que mal le fameux magasin et, victoire ! , nous avons notre bouteille du précieux liquide qui nous permettra de manger chaud ce soir. C’est un peu plus capricieux qu’avec l’essence, mais nous arrivons à le faire digérer à notre réchaud et à faire cuire nos pâtes.

SONY DSC

28/06/2013 : Kirchseelte – Vechta, 50km (par Régine)

FIU FIU et FIU ! Il a plu toute la nuit et ça ne s’arrête pas à notre réveil. On commence vraiment à en avoir marre de ce temps pourri. Assez tard dans la matinée, nous profitons d’une accalmie pour plier la tente, faire sécher la bâche, et entamer notre journée de pédalage.

Lors de la pause déjeuner nous trouvons un super abri avec table, fenêtres et même électricité ! Nous avons de la chance ce coup-ci ! Alors que nous déjeunons, nous faisons la connaissance d’une bande de retraités (une dizaine) qui se sont regroupés pour partir faire une randonnée en vélo sous la pluie. Ils sont très sympathiques et nous offrent même quelques gouttes d’eau de vie à la pomme.

La mission d’hier était de trouver du carburant, et aujourd’hui il nous faut trouver un distributeur de billets qui accepte les cartes VISA car il ne nous reste plus que 10€ des euros que Véronique nous a apportés en Thaïlande. C’était bien laborieux encore une fois, mais nous arrivons finalement à en trouver un.

Ce soir le nouveau poncho de Greg est mort. Il le secouait pour enlever les gouttes d’eau quand il se déchire de partout, du coup il prend la direction de la poubelle. Je crois qu’on s’est bien fait avoir en achetant cette crotte 9€ ! C’est une honte de vendre une telle camelote à ce prix !

Le réchaud fait des siennes aujourd’hui. Le pétrole lui convient moins que l’essence et il s’obstine à le rejeter… traduction il fuit. De plus nous avons dû changer de buse pour que ça fonctionne et comme cette nouvelle buse a un trou tout petit, il se bouche tout le temps. Du coup ce soir changement de joint de la bouteille de combustible, démontage et remontage de tout avant de pouvoir commencer à cuisiner. Ca risque d’être chiant d’utiliser du pétrole !

SONY DSC

29/06/2013 : Vechta – Hollage, 55km (par Régine)

Il a encore plu pendant toute la nuit et c’est sous la pluie que nous plions une tente toute trempée. Le moral est au plus bas, encore une journée de pluie. Heureusement que notre coin de camping était sur un sol de sable, on a ainsi évité l’inondation. Ce matin nous ne prenons pas de thé. Le réchaud nous fait encore des misères et nous sommes envahi par les fourmis et il pleut, alors on prend le petit-déjeuner (muesli, fraises et yaourt) dans la chambre, bien à l’abri de tout.

Nous avons une bonne surprise une fois sur le vélo, nous avons le vent dans le dos pour la première fois en Allemagne ! Et c’est bien agréable. Par contre la pluie est toujours là et il fait froid. Comme c’est samedi, nous devons faire les courses pour deux jours car le dimanche tout est fermé, comme nous l’avions remarqué la semaine dernière. Nous nous arrêtons à Aldi et ressortons avec des courses pour deux jours (pâtes, sauces, crèmes dessert, yaourts, muesli, chocolat, chips, jambon cru, salade) pour la modique somme de 13,5€ !

Dans l’après-midi le ciel se dégage de plus en plus et le soleil fait quelques apparitions ! ENFIN ! Serions-nous arrivés à la fin de cette période pluvieuse, nous l’espérons en tout cas ! C’est donc avec de nouveau le moral que nous terminons la journée !

SONY DSC

30/06/2013 : Hollage – Ottmarsbocholt, 86km(par Régine)

Ce matin nous nous levons avec un beau ciel dégagé. Enfin une belle journée ensoleillée s’annonce !

Hélas pour nous, alors que nous venons de mettre notre bâche à sécher au soleil, le ciel se couvre dans son intégralité et nous ne reverrons plus le soleil de toute la journée. Il s’est juste montré pour nous narguer et nous donner de faux espoirs. Nous sommes bien déçus, d’autant plus que comme le ciel s’était dégagé la nuit dernière, la température a considérablement chuté et n’a pas eu le temps de remonter que déjà le ciel se couvrait de nuages. Du coup non seulement il ne fait pas beau, mais en plus il fait froid ! Mais bon au moins il ne pleut pas, c’est déjà un pas en avant…

Aujourd’hui nous passons la ville de Münster, une grande ville qui ne nous a pas du tout plu. Les gens sont renfermés, il y a beaucoup de cyclistes (nous avons été impressionnés par le nombre de vélo dans le parking de la gare) mais ils n’ont pas l’air heureux. Il y a des travaux partout, c’est gris et pour les vélos ce n’est pas aussi bien fait que plus au nord dans le pays. Nous essayons de trouver de l’eau dans toute la ville, mais impossible, pas de cimetière, pas de robinet dans les parcs, les toilettes sont payantes, et celles qui ne le sont pas ont un système ultra high tech pour le robinet qui fait que quand on appuie sur le bouton tactile, l’eau coule du robinet pendant 30s puis tout de suite après c’est l’air chaud qui souffle pendant 30s ! C’est une invention révolutionnaire, tu n’as pas eu le temps d’enlever le savon de tes mains et en plus ça ne souffle pas assez longtemps pour les faire sécher… Heureusement qu’il y a des ingénieurs pour créer des choses pareilles ! Du coup impossible de remplir la poche d’eau à moins de bloquer les toilettes pendant une heure.

SONY DSC

01/07/2013 : Ottmarsbocholt – Herbede, 67km (par Régine)

Ce matin nous nous levons et il ne fait toujours pas très beau, mais bon on commence à s’y faire, on n’espère plus. Nous pédalons toujours sur des petites routes de campagne puis petit à petit les routes deviennent plus grosses et nous enchaînons les villes. Une grosse ville, 2km de nature avec des gens partout, puis une autre grosse ville. Nous sommes vraiment surpris par ce changement dans la densité de population, nous n’avons jamais vu ça avant. Münster a en quelque sorte été une limite entre l’Allemagne où on adore rouler avec ses pistes cyclables fantastiques et maintenant une Allemagne sans piste cyclable et sans accotement.

Nous essayons de sortir de cette zone urbanisée, mais n’y arrivons pas, malgré les kilomètres qui s’enchaînent il y a toujours des villes et des gens partout. Impossible de trouver un coin tranquille pour camper. Nous décidons donc d’aller au camping… mais même le camping ne veut pas de nous, nous en repérons un sur le GPS et y allons. Arrivés devant le camping, nous nous rendons compte que c’est un camping pour les gens qui font du canoë itinérant. Nous demandons à trois gars attablés là si nous pouvons tout de même y camper, et ils nous disent que c’est privé et qu’ils ne savent pas. C’est tout. Bon d’accord nous n’insistons et partons. Finalement nous trouvons un bout de forêt entre l’autoroute et une piste cyclable très empruntée pour y planter la tente. Ca ira très bien malgré le bruit.

SONY DSC

02/07/2013 : Herbede – Saarn, 61km (par Grégoire)

Il fait beau ! Il fait chaud ! Nous roulons joyeusement sur une magnifique piste cyclable qui longe la Rhur. Ce n’est pas vraiment la direction que nous voulions prendre et qui nous rapproche de notre destination finale mais nous nous faisons vraiment plaisir aujourd’hui et nous en avions bien besoin après tout ce temps pluvieux ! Nous roulons avec des centaines d’autres cyclistes et piétons, mais jamais trop pour être embêtés. En plus, il y a souvent deux voies en parallèle, une pour les cyclistes et une pour les piétons.

Pour camper ce soir, nous repérons sur notre GPS une zone un peu moins peuplée et trouvons facilement un endroit parfait dans un bois désert. Nous commençons à nettoyer l’emplacement de notre tente quand nous nous apercevons que nous sommes couverts de tiques. Tant pis, nous rattachons tout sur le vélo et allons dans une zone de la forêt certes moins cachée mais avec un sol plus propre où il n’y a pas du tout de tiques.

SONY DSC

03/07/2013 : Saarn (par Grégoire)

Ah non ! Il pleut ! Encore ! Rien de tel pour nous casser le moral après toute l’eau que nous avons déjà endurée. Nous restons enfermés dans la tente en attendant que l’averse passe. Elle va finalement passer… vers la fin de l’après-midi… Nous passons donc notre temps à lire et mangeons les quelques cochonneries qui nous restent (bi-chocos, fruits, œufs, fromage). Nous restons une deuxième nuit ici en vivant sur le peu d’eau qu’il nous reste. Nous avons bien essayé de récolter l’eau de pluie avec une bâche et une casserole mais nous nous y sommes pris trop tard, quand la pluie n’était plus assez forte.

SONY DSC

04/07/2013 : Saarn – Wesseling, 92km (par Grégoire)

Le temps est encore couvert ce matin mais la pluie ne tombe pas. Ouf ! Rapidement, nous rejoignons Düsseldorf et arrivons sur les berges du Rhin. Commence alors un enchaînement de longues pistes cyclables près de l’eau. Les kilomètres défilent rapidement sur cette piste parfaitement plate et très agréable. La zone est toujours très urbanisée et il est difficile de trouver un petit coin sauvage pour notre tente. Nous la plantons finalement sur une zone défrichée dans un petit bois car un pipeline court en sous-terrain. Nous sommes juste à côté de la grosse usine où il débouche et ne sommes pas très rassurés au début, surtout qu’une sirène d’alarme s’est mise à sonner un long moment précédée d’un gars qui parlait dans un haut-parleur. Nous avons cru un moment à un incident dans l’usine. Heureusement, l’alarme a fini par s’arrêter et nous avons passé une bonne nuit au milieu des moustiques et des limaces.

SONY DSC

05/07/2013 : Wesseling – Koblenz, 83km (par Grégoire)

Nous poursuivons notre route le long du Rhin. C’est fou le nombre de cyclotouristes que nous croisons, des centaines ! Nous avons vu tous les types de vélos imaginables, des tricycles couchés, des tandems droits, des vélos couchés, un vélo caréné en forme d’obus et même, pour la première fois de notre voyage, deux autres Pino ! C’est un peu bizarre pour nous car, dans le reste de notre voyage, rencontrer un autre cyclotouriste était un petit événement et nous nous arrêtions à chaque fois pour discuter un moment. Ici, nous sommes vraiment trop nombreux et c’est à peine si on se fait un petit sourire en se croisant. Cette véloroute du Rhin est vraiment très populaire et elle le mérite !

Nous avons vraiment besoin d’une bonne douche et d’une lessive alors nous allons au camping ce soir, au niveau du point de confluence de la Mozelle et du Rhin. C’est la douche froide au moment de l’addition : 35€ ! Il faut dire que tout est en supplément et très cher (4€ internet + 8€ la lessive et séchage). Hélas pour nous, internet ne fonctionnera pas (heureusement nous nous ferons rembourser nos 4€)… ce sera pour une autre fois.

SONY DSC

06/07/2013 : Koblenz – St Goar-Fellen, 36km (par Grégoire)

Nous passons toute la matinée à Mac Donald’s à travailler sur l’ordinateur. Quand nous sortons, nous nous rendons compte qu’il fait chaud ! Oui, nous vivons aujourd’hui notre premier vrai jour d’été ! L’air est rempli de toutes ces senteurs qui ne ressortent qu’avec la chaleur. C’est un vrai régal et nous prenons encore beaucoup de plaisir à pédaler. Nous arrivons dans une partie du Rhin qui est très encaissée. Sur les collines qui bordent le fleuve, des vignes sont plantées sur des coteaux aux pentes extrêmes. C’est à se demander comment les machines arrivent à passer par là. Les villages, coincés entre l’eau et les collines sont particulièrement jolis. Toute cette zone a d’ailleurs été classée au patrimoine mondial par l’UNESCO. Par contre, ce côté encaissé n’est pas une aubaine pour nous pour trouver un petit coin pour notre tente. Nous nous installons finalement juste en contre-bas de la piste cyclable, presque au bord de l’eau. Mais comme tout est resserré ici, nous sommes également juste à côté de la route et de la voie de chemin de fer où s’enchaînent les trains…

SONY DSC

07/07/2013 : St Goar-Fellen – Ibersheim, 109km (par Grégoire et Régine)

C’est dimanche, il fait encore très beau, donc tout le monde est de sortie avec son vélo le long du Rhin. Nous roulons au milieu de milliers d’autres cyclistes de tous âges. Nous continuons notre périple le long du Rhin et sommes toujours émerveillés par les paysages fabuleux qui nous sont offerts. Ce passage est très bien décrit par Victor Frankenstein (Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley que Régine est en train de lire) :

« Nous avions décidé de descendre le Rhin en bateau de Strasbourg à Rotterdam où nous pourrions nous embarquer pour Londres. Lors de ce voyage, nous avons longé de nombreuses îles plantées de saules et vu plusieurs villes très belles. Nous nous arrêtâmes un jour à Mannheim et, une semaine après notre départ de Strasbourg, nous atteignîmes Mayence. En aval, le cours du Rhin y devient de plus en plus pittoresque. Le fleuve y est plus rapide et serpente autour de collines guère élevées mais plus abruptes et plus splendides. Nous vîmes de nombreux châteaux en ruine érigés au bord des précipices, alentour des forêts noires, hautes et inaccessibles. Cette partie-là du Rhin offre en effet une singulière variété de paysages. A tel endroit, vous voyez des rochers, des châteaux en ruine dominant d’extraordinaires crevasses, avec le Rhin obscur en contrebas. Et puis, soudain, vous contournez un promontoire et ce sont de riches vignobles qui s’étalent sur les coteaux verdoyants et bientôt, le long du fleuve, des villes populeuses. »

Pour notre part, nous voyons surtout des châteaux en très bon état, juste quelques rares bâtisses en ruine. La piste cyclable est toujours super même si nous nous perdons une fois ou deux et devons utiliser notre GPS et même si certains passages sur des routes de terre sont parfois un peu cassants. Pour couronner le tout, nous avons un petit vent dans le dos qui nous permet de dépasser les 100km aujourd’hui !

SONY DSC

08/08/2013 : Ibersheim – Leimersheim, 108km (par Régine)

La route est vraiment excellente, et avec le vent toujours dans le dos, nous avançons vite. Nous nous arrêtons au supermarché Netto pour la dernière fois et achetons les délicieuses salades fraîches dont nous nous régalons depuis notre entrée en Allemagne. Elles vont nous manquer ces bonnes salades, car demain nous comptons bien passer la frontière française ! Et oui, ça y est nous avons enfin réussi à trouver le chemin pour rentrer à Toulouse. Ça prendra encore quelques semaines, mais nous arrivons bientôt !

SONY DSC